Outre son aspect décoratif, une cheminée doit pouvoir bien fonctionner pour remplir sa principale fonction utile : réchauffer l’ambiance. Dans la chambre de combustion de la cheminée, il y a une réaction d’oxydation chimique dans laquelle un combustible (bois de chauffage) se combine avec un agent de combustion (oxygène) pour développer de la chaleur et de la lumière. Une bonne combustion est obtenue lorsque l’air (riche en oxygène) est mélangé de façon optimale avec le bois. En bref, pour que la cheminée fonctionne correctement, il faut de l’air, il faut une prise d’air.

Quelle est la quantité d’air nécessaire pour la cheminée ?

Pour les foyers fermés tels que les chaudières, les poêles, les appareils de chauffage et les foyers à façade en verre céramique, il faut environ 15 mètres cubes d’air pour brûler 1 kilogramme de bois.

Dans les foyers traditionnels, c’est-à-dire les foyers ouverts, la quantité d’air nécessaire est au moins 2 ou 3 fois plus importante, de sorte que pour brûler 1 kilogramme de bois, il faut environ 30, 45 mètres cubes d’air. Si, par conséquent, avec une cheminée traditionnelle, vous brûlez 10 kilogrammes de bois en pleine activité, vous avez besoin d’un volume de 300 à 450 mètres cubes d’air, ce qui équivaut au volume d’une maison entière, soit 150 mètres carrés de haut sur 3 mètres.

Peut-on installer une cheminée sans conduit d’aération ?

Il existe, pour rappel, deux types de foyers différents. Dans les premiers, le rendement de combustion est variable de 15l 50%. C’est surtout dans ce type de cheminée qu’un grand apport d’oxygène est indispensable, ce qui, ne pouvant se faire de l’intérieur de la maison, doit être facilité par la préparation d’une prise d’air.

En l’absence d’une prise d’air extérieure, la cheminée utilisera l’oxygène de l’environnement, finissant par déverser une partie de la fumée dans l’environnement lui-même et rendant bientôt l’air vicié et irrespirable.

Avec la cheminée fermée, ne peut-on pas faire la ventilation ?

Dans les foyers dont la boîte à feu est fermée par une porte en verre céramique, il est possible de régler l’admission d’air en ajustant ou en diminuant le volume du feu selon les besoins personnels. Certes, la cheminée fermée utilise moins d’oxygène, mais l’entrée d’air est également nécessaire ici car, même si elle prend plus de temps, la cheminée finira de toute façon par consommer l’oxygène de la pièce.

Nous recommandons le foyer à foyer fermé dans tous les cas d’insuffisance d’entrée d’air extérieur, c’est-à-dire dans les cas où il y a une entrée d’air mais dont le diamètre est insuffisant pour alimenter un foyer ouvert, ainsi que dans les cas où la cheminée est trop grande ou, au contraire, trop petite ou de hauteur réduite. Dans tous ces cas, la possibilité d’ajuster l’entrée d’air permet à la cheminée fermée de s’adapter aux conditions environnementales.

Il convient, également, de noter que les cheminées à foyer fermé ont un rendement de combustion supérieur à 70 %, de sorte qu’elles sont recommandées dans tous les cas où l’utilisateur prévoit d’utiliser la cheminée comme source unique ou principale de chaleur ou de chauffage alternatif dans les grandes pièces.

L’admission d’air et la combustion

La combustion d’air présente un mode de fonctionnement particulier qu’il faut connaître.Voyons comment elle se produit. Dans un premier cas, la combustion est optimale. Nous avons du gazole pulvérisé par la buse en très petites micro-gouttelettes qui vont former un mélange intime avec l’air – qui les enveloppe – rendant la combustion optimale. Dans ce cas, la combustion est presque parfaite et nous fournissons de 10 à 20 l’air excédentaire, soit 11 mètres cubes d’air pour 1 kg de diesel.

Avec la combustion du bois, les conditions sont différentes en raison de la taille du bois, qui sera de toute façon beaucoup plus grande que la micro-goutte de carburant diesel. L’oxygène qui est fourni ne peut lécher qu’une très petite surface, il est donc pratiquement impossible d’avoir un mélange bois-air intime et complet. Pour ces raisons, il est essentiel de fournir au moins le double de la quantité d’air pour s’assurer que nous brûlons bien le bois que nous utiliserons pour notre cheminée.

Pourquoi est-il important d’avoir une bouche d’aération pour la cheminée ?

L’entrée d’air doit être préparée dans toutes les installations, en accordant une attention particulière aux petites pièces et aux portes et fenêtres hermétiques. Elle doit être préparée sous la surface de feu et avec les dimensions recommandées par les fabricants et présentes dans la fiche technique, en fonction du type de cheminée à installer.

Si la cheminée est appuyée contre un mur communiquant avec l’extérieur, l’air est aspiré par une prise de courant fabriquée sur le mur lui-même.

Si la cheminée est placée au centre d’une pièce, l’air doit être aspiré par une prise dans le sol communiquant avec une pièce de la cave avec une porte et un cadre de fenêtre toujours ouverts, ou en utilisant l’espace vide entre deux solives dans les dalles de latéro-ciment, ou dans tous les cas, en créant un conduit qui parvient d’une manière ou d’une autre à amener de l’air à la combustion.

Dans les cas où le foyer est placé dans des pièces qui ne permettent pas l’installation d’une prise d’air directe avec l’extérieur, il est indispensable d’utiliser les solutions suivantes :

Où va la bouche d’aération ?

L’air extérieur arrive à la boîte à feu par le compartiment situé sous la surface du feu. Il est donc judicieux de laisser cet espace libre afin que l’air puisse facilement atteindre la grille par le cendrier et le registre d’air avant, créant ainsi le pare-fumée approprié.

Si nécessaire, dans les régions particulièrement venteuses et disposant d’un foyer avec un couvercle ouvert sous la surface du feu, nous recommandons une barrière de séparation, qui peut également être faite de briques, afin que l’air n’atteigne pas trop rapidement le registre de réglage.