Il y a d’innombrables points à prendre en compte lors de la rénovation ou de la remise à neuf d’un bâtiment. Si vous souhaitez procéder à une rénovation complète, il est donc conseillé de faire planifier l’ensemble de la transformation par un professionnel. Il coordonnera également les nombreux artisans, assurant ainsi que tout se déroule sans heurts et que vous vous sentiez bientôt à nouveau complètement chez vous. Vous pouvez également procéder vous-même à de petites rénovations. Cependant, vous devez éviter les erreurs suivantes en particulier.

1. Économiser sur les matériaux de construction. 

Les économies de matériaux sont rarement rentables, car un prix bas est souvent associé à une qualité inférieure.

Vous l’avez peut-être remarqué vous-même si vous avez peint les murs avec une peinture à un prix d’aubaine et que le résultat n’était pas satisfaisant.

Vous devez donc demander conseil à un détaillant spécialisé ou au commerçant qui effectue les travaux lors du choix des matériaux. Tous deux connaissent les différences entre les nombreux produits et peuvent donc vous aider à trouver les meilleurs matériaux de construction pour votre projet. Ces derniers ne doivent pas nécessairement être les plus chers.

En décrivant le plus précisément possible vos souhaits et vos habitudes d’utilisation à un vendeur ou à un commerçant spécialisé, il peut vous donner des conseils sur les endroits où il est possible de faire des économies.

2. Engager l’artisan le moins cher. 

Il n’est pas non plus conseillé de choisir une entreprise artisanale uniquement sur la base de l’offre la moins chère, compte tenu de son expérience dans le domaine, de sa fiabilité et d’autres facteurs tels que les services.

Les recommandations de parents, d’amis ou de voisins sont un bon moyen de trouver le bon artisan. Les maîtres artisans offrent également la certitude que le travail sera effectué de manière professionnelle.

3. Prévoir une trop grande contribution personnelle. 

Si vous souhaitez effectuer vous-même une partie ou la totalité des travaux de rénovation, vous ne devez pas vous surestimer. Cela est particulièrement vrai si vous travaillez et ne pouvez effectuer le travail que le soir et le week-end. Dans ce cas, prévoyez suffisamment de temps pour vous détendre afin de ne pas être complètement épuisé un jour. Vous devez également tenir compte des retards, qui surviennent à un moment ou à un autre dans presque tous les grands projets de construction. Ces retards sont dus à des conditions structurelles qui ne se manifestent souvent qu’après le début de la rénovation et constituent un grand défi pour les profanes.

Cependant, même si tout se passe bien, le temps nécessaire est souvent plus long que prévu. Pour les projets plus importants, il est donc préférable de commander une partie du travail et de se limiter aux activités pour lesquelles vous ne prévoyez pas de difficultés. Si vous souhaitez effectuer vous-même les travaux de rénovation, surtout si vous ne disposez pas du capital nécessaire, vous pouvez demander un prêt à faible taux d’intérêt. Cela vous évitera de vivre de nombreux mois sur un chantier où vous aurez du mal à trouver la tranquillité dont vous avez besoin.

4. Laisser les subventions de l’État inutilisées. 

L’État encourage de nombreuses mesures qui vous permettent de moderniser votre maison. Des subventions sont disponibles avant tout pour une meilleure isolation, qui réduit la consommation d’énergie et apporte ainsi une contribution importante à la protection du climat. Vous ne devez pas manquer ces subventions et ces prêts à faible taux d’intérêt.

Vous devez donc vous informer sur le site Internet de l’Institut de crédit pour la reconstruction (KfW) sur les subventions actuelles et tenir compte des exigences respectives lors de la phase de planification.

Ce ne sont souvent que de petits détails qui décident de l’approbation d’une subvention ou d’un prêt.

Si votre objectif principal est d’améliorer l’efficacité énergétique de votre maison par la rénovation ou le réaménagement, il est également conseillé de demander l’aide d’un consultant en énergie. Il inspecte l’ensemble du bâtiment et peut ainsi coordonner de manière optimale les différentes mesures. En faisant appel à un expert, vous pouvez éviter que la chaleur ne prenne un chemin différent à travers l’enveloppe extérieure après qu’une partie du bâtiment, comme le toit, ait été isolée. En conséquence, les coûts de chauffage seraient aussi élevés qu’auparavant et l’isolation du toit serait finalement inutile.

5. Planification à trop court terme. 

Lors de la rénovation complète d’un bâtiment, vous devez également penser à l’avenir. Plus vous vieillissez, plus vous serez heureux de l’accès sans barrière. Pour ce faire, de nombreuses mesures sont prises, comme l’installation d’une douche au niveau du sol ou de portes suffisamment larges pour permettre l’utilisation de fauteuils roulants et de déambulateurs. En garantissant l’accessibilité à un stade précoce, vous vous assurez de pouvoir continuer à vivre dans vos quatre murs et de rester aussi indépendant que possible dans vos vieux jours. En outre, les produits sans barrière et leur installation ne coûtent souvent même pas plus cher qu’un aménagement intérieur classique.

Comment réussir ses travaux de rénovation?

Préparer le terrain: déterminer ses besoins et son budget. 

La première étape est peut-être la plus importante, car elle conditionne toute la suite du processus. Vous devrez vous demander ce que vous êtes en mesure de faire en fonction de votre budget. Il vous faudra donc arbitrer entre ce qui est nécessaire à votre logement, et ce qui est réalisable financièrement parlant.

Gardez à l’esprit que les travaux de rénovation, s’ils peuvent coûter cher, sont également une potentielle source d’économie (ou de plus-value) non négligeable. En effet, des travaux de rénovation énergétique correctement réalisés devraient considérablement faire baisser vos factures d’électricité et de gaz. Les travaux d’aménagement ou de rénovation classique pourront de leur côté augmenter la valeur de votre logement, et ainsi vous permettre de le vendre plus cher, si toutefois c’était votre projet à terme.

Pour ce qui est de votre capacité de financement, pensez à bien faire le tour des solutions qui s’offrent à vous. Outre votre épargne personnelle et les prêts que vous pouvez obtenir auprès de votre banque ou de vos proches, il existe des dispositifs publics d’aide aux travaux de rénovation. Il faudra, pour les obtenir, que la rénovation soit énergétique et que les travaux réalisés servent donc à en améliorer la performance: isolation, remplacement des systèmes de chauffage.

Trouver le bon artisan. 

Cette deuxième étape est en réalité presque indissociable de la première. En effet, vous aurez besoin d’un artisan pour effectuer un premier devis, et donc vous donner une idée encore plus précise de votre budget. Quoiqu’il en soit, n’hésitez pas à multiplier les devis, les différences de prix et de prestations pouvant être considérables d’un professionnel à l’autre. Une plateforme en ligne pourra vous aider à faire votre choix, en vous proposant directement une sélection d’entrepreneurs. De plus, le site vérifie les références clients des artisans, leurs qualifications légales et garantit le montant du devis.

Vous pouvez également faire appel à un architecte, qui travaillera avec des entreprises en lesquelles il a confiance et dont il pourra vous garantir le sérieux. Sachez cependant que les services d’un architecte risquent de faire considérablement augmenter le coût de vos travaux.

Prévenir ses voisins et prendre les dispositions légales. 

Vous êtes maintenant presque prêts à commencer votre chantier mais il vous reste quelques dispositions à prendre. Premièrement, penser à prévenir le syndicat de copropriété si vous habitez dans un immeuble, et vos voisins, que vous soyez en appartement ou dans une maison. Avertir son voisin n’est pas obligatoire mais la démarche ne pourra être qu’appréciée et pourrait bien désamorcer les conflits lors de la réalisation de vos travaux.

Vous pouvez également faire venir un huissier pour expertiser le projet et vérifier que les travaux ne présentent pas un danger pour les logements environnants.

Vous n’avez pas d’autorisation légale à demander pour effectuer des travaux intérieurs (hors agrandissement). C’est également le cas pour les petits travaux extérieurs, comme la construction d’un petit abri de jardin (inférieur à 5m2) ou d’une terrasse de plain-pied.

Si vos travaux sont plus conséquents, vous devrez déposer une déclaration préalable de travaux en deux exemplaires dans votre mairie. Elle sera nécessaire pour des toute une série de travaux ayant plus ou moins d’impact sur l’environnement proche: la construction d’une dépendance ou d’un garage dont la taille est comprise entre 5 et 20m2, d’un mur de plus de deux mètres de haut, d’une piscine inférieure à 100 m2 et les travaux extérieurs modifiant l’esthétique de votre habitation (porte, fenêtre, peinture). Celle-ci devra être validée par votre mairie afin que vous puissiez commencer le chantier.

Pour les travaux encore plus importants, un permis de construire sera nécessaire, mais on ne peut plus alors parler de travaux de rénovation car cela concernera surtout les travaux d’agrandissement.

Suivre les travaux et vérifier que tout soit conforme. 

Faire appel à un architecte pour vos travaux de rénovation peut vous permettre de déléguer toute la partie « précaution » que nous venons d’aborder, comme celle concernant le choix de l’artisan. Son utilité peut s’avérer être au moins aussi grande pendant la réalisation des travaux. Cette partie qui pourrait s’avérer la plus contraignante pour vous car vous devrez veiller à ce que tout se passe bien, tout en devant condamner une partie de votre logement (voire la totalité et devoir ainsi trouver une logement temporaire). Un architecte pourrait donc vous décharger de cette mission de surveillance mais sachez cependant que la mission suivi des travaux fera encore un peu plus gonfler sa facture. Il vous appartiendra donc de déterminer si celle-ci est réellement nécessaire ou si vous être prêt à prendre sur vous pendant les quelques semaines que prendront vos travaux de rénovation.

Récapitulatif des aides financière pour une rénovation. 

Lorsque votre client se lance dans la rénovation de son habitation, n’hésitez pas à lui rappeler les différentes aides qu’il peut obtenir. Cela pourra l’aider à mieux évaluer son budget. Voici un récapitulatif des différentes aides pour les travaux de rénovation énergétique.

Le CITE: Crédit d’Impôt pour la Transition Energétique

Il  permet de déduire de l’impôt sur le revenu 15% ou 30% des dépenses d’équipement ou de main d’œuvre pour les travaux de rénovation énergétique éligibles (selon les types de travaux). Le CITE a été renouvelé.

 Qui est éligible?

– Les locataires. 

– Les propriétaires occupants. 

– Les occupants à titre gratuit. 

– Le logement doit être l’habitation principale et doit être construit depuis plus de deux ans.

L’éco prêt à taux zéro (éco-PTZ). 

C’est une facilité de financement, un prêt à taux d’intérêt nul pour aider les particuliers dans leurs travaux de rénovation énergétique. Il doit permettre de financer des travaux de performance énergétique. Il peut être accordé au propriétaire bailleur ou occupant d’un logement ancien, et au syndicat de copropriétaires.

Quels sont les travaux éligibles?

Les travaux doivent soit constituer un « bouquet de travaux » (combiner au moins deux catégories de travaux éligibles), soit permettre d’atteindre une «performance énergétique globale» minimale de l’habitation, soit des travaux de réhabilitation du système d’assainissement non collectif par des dispositifs ne consommant pas d’énergie.

Voici la liste des travaux éligibles (combinaison de deux de ces travaux pour être éligibles) :

– Isolation toiture. 

– Isolation murs extérieurs. 

– Changement des menuiseries: portes, fenêtres extérieurs. 

– Remplacement ou installation d’un système de chauffage ou de production d’eau chaude sanitaire performants. 

– Installation d’un système de chauffage utilisant une énergie renouvelable. 

– Installation d’un système de production d’eau chaude sanitaire utilisant une source d’énergie renouvelable.

Le programme «habiter mieux» de l’Anah (Agence Nationale de l’Habitat). 

L’Anah peut accorder une subvention pour la réalisation de travaux dans des logements anciens pour les rénover sous certaines conditions. Les travaux devront permettre d’améliorer l’efficacité énergétique du logement et de diminuer de façon significative les déperditions d’énergie de ce logement.

Les autres aides à la rénovation. 

Il existe de nombreuses aides pour lutter contre la précarité énergétique des logements: 

Les Certificats d’Economies d’Energies (CEE). 

Ils imposent aux fournisseurs d’énergies d’inciter leurs clients à faire des travaux de rénovation énergétique dans leur habitat. Si les clients réalisent les travaux d’amélioration énergétique et en contrepartie de la preuve de ces travaux, le client perçoit une Prime Énergie pouvant atteindre plusieurs centaines d’euros.

La prime énergie Solidaire. 

Cette prime peut être allouée aux ménages en situation de précarité énergétique (sous condition de ressources) afin de leur permettre de réaliser et de financer une partie de leurs travaux d’isolation par exemple.