Le saviez-vous ? Un foyer peut devenir une source de chaleur. Nous allons justement évoquer cette question, et ce en décrivant les caractéristiques des foyers à récupération de chaleur et du système de chauffage par convection. Il faut rappeler, tout d’abord, que la chaleur est propagée par trois systèmes différents : la conduction, la convection et le rayonnement.

Le foyer, dans son fonctionnement « primitif », utilise principalement le rayonnement en transmettant de la chaleur à l’environnement sous forme d’ondes électromagnétiques qui se développent à travers le faisceau lumineux du feu. Le rayonnement atteint toutes les directions en ligne droite, libérant la chaleur directement à l’environnement et aux parois du foyer, qui accumulent indirectement la chaleur par conduction. Cette chaleur sera ensuite restituée à l’environnement principalement sous forme de rayonnement et plus modestement par convection.

Foyers à convection et à air chaud : comment ça marche ?

La convection, en revanche, devient la principale méthode de distribution de l’air si vous choisissez un foyer à air chaud. Cette technologie prévoit la récupération de chaleur en permettant à l’air de la pièce de passer à travers une cavité qui enveloppe la chambre de combustion. L’air recouvre les murs creux chauffés par le foyer et se réchauffe, ce qui contribue à répartir la chaleur de manière uniforme dans la pièce.

Dans les foyers de chauffage modernes, la récupération de la chaleur par convection est accentuée par l’utilisation d’un ventilateur électrique pour chauffer plus de pièces, en plus de celle dans laquelle le foyer est installé. Dans ces cas, lors de la conception d’une cheminée à récupération de chaleur, il est bon de limiter au maximum la dispersion dans la pièce où elle se trouve et d’obtenir un échange maximal sur le circuit secondaire (air-eau) qui sert à chauffer d’autres pièces, voire toute la maison.

Quelle est la température pour une cheminée ?

Les cheminées équipées de systèmes de récupération de chaleur peuvent être définies comme des appareils de chauffage modernes car, en plus de chauffer la pièce où se trouve la cheminée, elles peuvent fournir, selon le modèle, de 5 000 à 12 000 Kcal/h d’air chaud aux pièces adjacentes.

Les foyers à air chaud peuvent être équipés d’un ventilateur de 700 à 900 mc/h, qui, grâce à des conduits appropriés, envoie l’air chaud dans plusieurs pièces jusqu’à chauffer une maison entière de 80 /120 mètres carrés.

Comment fonctionne la distribution d’air chaud ?

La distribution horizontale de l’air, c’est-à-dire avec une alimentation en air parallèle au plafond à une altitude de 2,50 m, est normalement la plus utilisée, car elle assure la diffusion de l’air chaud dans la pièce dans les meilleures conditions et sans obstacles.

Ce type de distribution est très efficace si la gaine est placée sur un mur intérieur du bâtiment et si les bouches d’entrée d’air sont dirigées vers les murs extérieurs les plus froids, surtout si l’entrée d’air est faite dans la partie inférieure de la pièce de manière à éliminer les couches les plus froides près du sol.

Pour le bon fonctionnement du système, la position des buses de distribution, d’aspiration et de transit est également d’une grande importance. Les bouches d’aération sont utilisées pour alimenter la pièce en air chauffé.

Où placer les bouches d’aération ?

Il est conseillé de les positionner à 20/30 cm du plafond pour éviter que l’air introduit ne frappe directement les personnes présentes dans la pièce, et pour permettre au flux d’air de se dilater librement, en faisant participer l’air de la pièce afin de se mélanger progressivement avec lui sans créer de courants gênants dirigés vers les personnes.

Le jet d’air doit être bien dirigé afin de ne pas rencontrer sur son chemin des piliers, des faux plafonds ou des poutres qui, en le brisant de manière irrégulière, pourraient donner lieu aux inconvénients dont nous avons parlés. Dans ce même contexte, la taille de la sortie d’air (section de passage libre) doit être proportionnelle au potentiel thermique à fournir et la vitesse de sortie de l’air chaud doit varier en fonction de la géométrie de la pièce.

Par ailleurs, il faut éviter la surchauffe de l’air introduit (pas plus de 60°C) car elle favoriserait la stratification au plafond créant l’effet d’oreilles rouges pour la présence d’air surchauffé vers le plafond et de pieds froids pour la présence d’air frais au libello du sol. Les grilles de prise d’air doivent être placées en bas et éventuellement du même côté que les bouches d’aération.

En pratique, ils doivent être prévus à la base du foyer, suffisamment loin de l’ouverture du foyer, puis sur les côtés droit et gauche du revêtement ou à proximité immédiate. Les grilles d’aspiration doivent être reliées de manière stable au tiroir du ventilateur situé sous la surface du feu, en utilisant le tube flexible en aluminium de diam. 14 fourni.

Des grilles de passage doivent être prévues sur les portes intérieures entre les différentes pièces (si les portes ne sont pas laissées ouvertes) pour permettre à l’air chaud envoyé dans les pièces les plus éloignées de retourner à la base du foyer et de reprendre le cycle par le ventilateur, assurant ainsi une distribution uniforme de la chaleur dans toutes les pièces.