4 conseils pour bien ventiler sa maison en hiver

Aérer sa maison

La pollution et l’humidité intérieures sont loin d’être des mythes. L’homme et ses activités en sont les principales causes. Généralement, l’air présent dans une maison est plus pollué que l’air de l’extérieur. Cela reste valable même en hiver. Il est nécessaire d’évacuer toute cette pollution. La ventilation est la solution idéale pour réaliser cette tâche. Toutefois, à cause de la fraîcheur de l’hiver, vous ne pouvez pas vous permettre de ventiler de manière hasardeuse.

1. Pensez à ouvrir vos fenêtres de façon ponctuelle

En hiver, on a souvent tendance à ouvrir le moins possible ses fenêtres. Néanmoins, ne faites pas cette erreur. Cette habitude va augmenter votre consommation en énergie pour le chauffage. N’hésitez pas à vous rendre sur le site https://www.lamaisonsaintgobain.fr/guides-travaux/tout-savoir-sur-le-chauffage-et-la-ventilation pour mieux en connaitre les raisons. Beaucoup de personnes pensent à tort qu’il est plus facile de chauffer l’air intérieur lorsque les ouvertures de la maison sont restées fermées.

En effet, lorsqu’on enferme l’air dans un logement habité, celui-ci finit par être chargé d’humidité. Cela a une incidence sur la performance énergétique de votre demeure, puisque chauffer de l’air humide demande plus d’énergie que chauffer de l’air sec (de l’extérieur). Vous avez donc intérêt à renouveler l’air intérieur afin d’obtenir des factures de chauffages moins importantes. Pour ce faire, prenez la peine d’ouvrir de façon régulière les orifices de votre habitat.

Même si la sensation de l’air froid pénétrant dans votre maison peut paraître un peu désagréable, cela va vous faire un grand bien. Vous allez pouvoir profiter de l’air frais et sec, qui est beaucoup plus sain. À cet effet, le renouvellement de l’air intérieur vous permet d’éviter les risques liés à la présence d’un excès d’humidité dans un cadre. Il s’agit entre autres de l’apparition et/ou de la prolifération des moisissures, des microbes et des spores. Dans certains cas, cela peut même affecter l’étanchéité de vos locaux.

2. Aérer sa maison aux moments opportuns

Il ne suffit pas d’ouvrir régulièrement ses fenêtres pour espérer de bons résultats. Vous devez aérer votre maison aux moments propices. À cet effet, en hiver, il est vivement recommandé d’ouvrir grandement les orifices de sa maison, le matin entre 8 h et 11 h ainsi que le soir après 22 h. Si vous habitez en ville, évitez le plus possible de vous livrer à cette tâche dans l’intervalle allant de 14 h à 18 h. Aussi, la durée d’aération souhaitable varie entre 5 et 10 minutes. Pensez à répéter l’exercice au moins trois fois par jour. Pour plus d’efficacité, vous pouvez aérer votre logement en suivant la technique d’aération intermittente et la technique d’aération transversale. Quoi qu’il en soit, il est recommandé de commencer à aérer en commençant par des pièces comme la salle de bains et les chambres.

3. Entretenir correctement son système de ventilation autonome

Avant toute chose, il convient de préciser qu’avoir un système de ventilation mécanique à la maison n’enlève rien à l’utilité d’une aération naturelle par les ouvertures. Vous devez plutôt penser à une utilisation combinée des deux méthodes. Pour ce faire, il est nécessaire de prendre soin de votre système de ventilation autonome (souvent une VMC) pour qu’il soit toujours dans un état optimal. Pour effectuer le nettoyage, vous devez d’abord couper le courant électrique afin de ne prendre aucun risque. Une fois le courant coupé, vous pouvez dépoussiérer votre VMC et retirer d’éventuelles traces de givrages. Un simple chiffon humide suffit pour effectuer ce nettoyage. Vous pouvez également penser à dégraisser les grilles d’aération en utilisant du vinaigre blanc. Il est important de souligner que vous pouvez juger vous-même l’efficacité de votre opération de nettoyage. Pour cela, il vous suffit de positionner une feuille de papier toilette juste devant la grille d’aération. Si vous constatez qu’elle se colle à la grille, alors vous avez fait un bon travail.

4. Penser à installer un capteur de CO2

Votre maison est votre nid. Elle doit remplir les conditions favorables à votre bien-être, comme vous offrir de l’air sain. Vous devez donc veiller à toujours avoir de l’air de bonne qualité à l’intérieur de votre demeure. Bien qu’il soit parfois aisé de constater soi-même que l’air est pollué (par exemple par la fumée), cet exercice n’est pas toujours aussi simple. En effet, de nombreux polluants ne sont pas de nature visible. Pour les détecter et évaluer leur taux de présence, vous pouvez avoir besoin d’équipements spéciaux comme les capteurs de CO2. Ce type de capteurs peut être facilement installé, vous n’avez pas besoin de réaliser des travaux gigantesques. Après son installation, le capteur de CO2 vous indique le niveau de qualité de l’air intérieur. Grâce à cela, vous pouvez savoir à partir d’une simple observation de l’écran, s’il est temps d’aérer votre maison.

4 conseils pour l’entretien de votre toiture
Comment maintenir une température agréable dans son restaurant en été ?