Le dioxyde de carbone est décisif pour le climat mondial et pour notre santé

Publié le : 03 mars 20226 mins de lecture

La plupart des gens connaissent le dioxyde de carbone CO2 grâce à la discussion sur l’effet de serre supplémentaire causé par nous, les humains, et la réduction exigée de notre consommation de combustibles fossiles.

Cependant, le CO2 joue un rôle important pour la santé et le bien-être non seulement dans le monde entier, mais aussi dans notre environnement de vie direct.

Tout le monde connaît des situations dans lesquelles il y a de « l’air épais » dans une pièce.

Pas en termes d’humeur, mais au sens direct du terme.

Ces conditions climatiques ambiantes désagréables et stressantes sont généralement dues à une teneur en CO2 trop élevée.

La plupart du temps, il y a tout simplement trop de monde dans une pièce trop petite ou mal ventilée.

Même dans une maison individuelle, il y a des situations où une trop grande quantité de dioxyde de carbone affecte notre santé.

Alors qu’autrefois, nos maisons étaient très gourmandes en énergie, aujourd’hui elles sont extrêmement économiques, mais aussi pratiquement étanches.

En contrepartie, cela signifie qu’il doit y avoir une ventilation continue, surtout pendant la saison de chauffage, lorsque les fenêtres et les portes restent fermées.

Respiration – principale source de concentration de CO2 à l’intérieur

Les critiques d’un système de ventilation qui veut résoudre le problème avec un soi-disant mur de respiration contredisent déjà un article de l’Association allemande des consommateurs d’énergie intitulé « Les murs peuvent-ils vraiment respirer ? » de 1997.

La principale source de concentration élevée de CO2 à l’intérieur est la respiration humaine.

Même les flammes nues des cheminées, des brûleurs d’éthanol et autres peuvent provoquer une augmentation significative de la concentration de CO2.

Le dioxyde de carbone est mesuré en parties par million, c’est-à-dire en parties de CO2 pour un million de parties d’air, en abrégé ppm.

Ce rapport montre à lui seul ce qu’une petite quantité de CO2 suffit à nuire à notre santé.

Le dioxyde de carbone fait également partie intégrante de l’air avec environ 400 ppm dans l’air extérieur, dans les villes cette valeur peut atteindre 500 ppm.

Les mesures montrent que 2 000 ppm et plus sont rapidement atteints, surtout dans les pièces où il y a beaucoup de monde.

Si vous voulez savoir exactement, vous pouvez obtenir un feu de circulation de CO2.

Après peu de temps, il passe du vert au jaune, puis au rouge. Au plus tard, il est alors temps de passer à l’antenne.

Mais des valeurs élevées sont également mesurées dans les chambres privées, surtout la nuit.

En effet, des fenêtres fermées et une pièce relativement petite entraînent rapidement une augmentation de la concentration de CO2 chez deux personnes qui dorment ensemble, ce qui a un effet négatif sur la qualité du sommeil.

Rien n’affecte autant notre vie quotidienne normale et notre santé qu’un mauvais sommeil.

La qualité de l’air dans la chambre joue donc un rôle important.

Après tout, nous passons environ un tiers du temps dans la chambre à coucher, la plupart du temps en dormant.

C’est là que le corps et l’âme se régénèrent.

Un sommeil suffisant et profond est essentiel.

Non seulement nous nous sentons concentrés et en pleine forme, mais nous sommes également très sensibles aux maladies et aux infections.

Les personnes qui dorment mal en permanence sont plus susceptibles de tomber malades.

Cela est vrai, que la ventilation soit assurée de manière conventionnelle par les fenêtres ou mécaniquement par un système de ventilation.

Mauvaise qualité de l’air dans les chambres

Ce fait important est documenté en détail dans l’étude autrichienne « Ventilation 3.0 – Qualité de l’air dans les nouveaux bâtiments résidentiels à haute efficacité énergétique ».

Ici, des mesures approfondies de l’air intérieur ont été effectuées dans 60 maisons passives et 60 maisons conventionnelles sans système de ventilation.

Résultat : Dans 80 % des maisons unifamiliales classiques sans système de ventilation, la qualité de l’air dans les chambres la nuit était faible ou très faible.

Mais même dans les maisons passives à ventilation mécanique, selon l’étude mentionnée ci-dessus, la qualité de l’air était faible (plus de 1 500 ppm) ou très faible (plus de 2 000 ppm) dans 44 % des cas selon les normes des auteurs.

La proportion de maisons avec trop de dioxyde de carbone dans la chambre à coucher est nettement inférieure avec la ventilation mécanique, mais néanmoins près de la moitié des maisons ont dépassé les valeurs cibles.

La conséquence font que toutes les personnes impliquées dans le processus de construction attachent ici de l’importance au réglage individuel du système de ventilation et que les constructeurs devraient s’adresser à leur fournisseur de maison.

Il est également important de prêter attention au bruit que les systèmes de ventilation peuvent produire.

Ce n’est pas un problème avec les systèmes bien planifiés.

La SchwörerHaus, par exemple, construit ses propres systèmes de ventilation depuis 1985 – le fonctionnement et le niveau sonore peuvent être vérifiés dans chacune des 50 maisons témoins.

Conclusion

Bien que le dioxyde de carbone ne soit pas directement toxique, même de faibles concentrations dans l’air ont un fort impact sur notre bien-être et notre concentration.

La bonne nouvelle : Une ventilation constante aide !

Enfin, l’utilisation des ressources- Tous feux au vert
L’effet de la transformation du système énergétique

Plan du site